Il s’appelait comment, déjà ?

Phénix

Je me souviens qu’en 2007, certains de mes amis, dument encartés à gauche, avaient déploré le choix d’une femme, par leur parti, pour les représenter lors des élections présidentielles. Au détriment, me disaient-ils, d’un adversaire à la carrure rassurante(sic) de brillant économiste.

Je me souviens qu’on lui a offert un exil doré de maître du monde, par delà l’Atlantique. Je me souviens que certains ont dit ‘tractations, comme un lot de consolation’.

Je me souviens qu’une nuit de 2011, l’info est tombée dans toutes les agences de presse. Je suis un animal nocturne, j’ai suivi les premières heures. Je me souviens de l’image du maître du monde déchu, cernes, barbes et menottes.

Je me souviens que tous, se sont dits, abasourdis. Je me souviens qu’ils s’en sont vite remis et qu’a commencé un lynchage en règle. Hyènes de tous les pays, unissez vous !

Je me souviens être restée un peu à l’écart. Les trucs collectifs, du barbecue d’été au lynchage, ce n’est pas mon truc. Je me souviens m’être dit, que maître de monde, en garde à vue, çà n’allait pas être coton.

Même pas coton du tout…

Je me souviens avoir dit que, que même son cadavre déchiqueté sur la place publique, seules deux personnes, sauraient à tout jamais, ce qui s’était réellement passé, dans la suite 2806, d’un Sofitel new-yorkais, le 14 mais 2011.

Mais je ne suis pas complètement demeurée. J’imagine que maître du monde, tu penses (parfois) que le reste dudit monde est un peu à ta merci. Le pouvoir confère de l’assurance. Elle peut s’approcher des lisières de la brutalité. Parfois. S’y perdre, même.

Car mai a passé et d’autres voix se sont fait entendre. Le bougre prenait une belle raclée !

Je me souviens avoir dit, avec ironie, qu’il s’en sortirait. Qu’un jour, peut-être dans même pas très longtemps, le phénix renaitrait de ses cendres. Un maître du monde a neuf vies, comme les chats. Et comme le poisson rouge, l’humain oublie toutes les 30minutes et croit recommencer une nouvelle vie (re-sic).

Je me souviens avoir lu, il y a quelques jours, qu’un sondage commandé par Le Parisien magazine à l’institut BVA, était passé à la trappe, car jugé quelque peu …embarrassant . Le nom de D.Strauss-Kahn y était testé pour la première fois depuis très longtemps, et 55% des sondés l’avaient déclaré ‘providentiel’ , en ces temps de marasme économique. Providentiel… Glurps !

Alors on efface ? On efface tout et on peut recommencer ?

Un peu comme une impression de foutage de gueule au pays des poissons rouges !

Je me souviens aussi que demain c’est la journée de sauvegarde des pandas, pardon ! …des femmes.

Etrange parallèle de l’actualité …

Bon week end les Oursins !

A mardi,

Oursine

Tagués avec : , , , , , , , , , ,
Publié dans Bulles acides
3 commentaires pour “Il s’appelait comment, déjà ?
  1. Gaëlle dit :

    Quand je l’ai appris je me suis dit « A voilà ce qu’ils ont trouvé pour le démonter ». Pas que je cautionne à mort ce mec, mais je ne serais pas surprise qu’on apprenne dans quelques années que bien renseigné il ait été mis en position de faire quelque chose de suffisamment grave pour ne pas pouvoir être un candidat décent contre un futur ancien président en perte de vitesse. mais je suis comme toi je n’aime pas trop les conversations de coin de bar P.M.U…

  2. marie dit :

    Chère Oursine, et oui, les français sont des moytons,que dis je,des moineaux, un peu de lecture de ton plaidoyé ne ferai pas de mal à cet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Abonnez-vous

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Partage