Le jour où j’ai acheté un piano .

Aristochats

Le jour où j’ai acheté un piano, les gens préparaient Halloween. Enfin certains.

J’ai pensé que jamais de ma vie, je n’avais acheté de voiture. Je n’ai d’ailleurs même pas le permis d’en conduire une.

Il était 11h23 et j’ai signé la promesse, juré-craché, de le payer en cinq mensualités. Consécutives, les mensualités.

Je me suis rappelée, qu’une maison avec un piano et des chats, c’était une certaine idée du bonheur. Un bonheur à partager. A transmettre…

Le jour où j’ai acheté un piano, jme suis bien dit, une seconde, mais rien qu’une, qu’évidemment, il y aurait quelqu’un – ou même quelques uns – pour me seriner qu’il y avait plus important. Plus utile. Plus ‘nécessaire-maintenant’.

J’ai regardé les doigts de Fils aîné courir sur le clavier, et j’ai songé que ‘nécessaire-maintenant’ pouvait avoir le goût d’une autre évidence. Regarder l’avenir droit dans les yeux, devenir adulte peut être…

Belle semaine les Oursins !

A vendredi, ou peut être même déjà jeudi 😉

Oursine

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans Saison après saison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Abonnez-vous

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Partage